[France] VIOLENCES – Avocate d’enfants, Sandra Mercier se bat pour faire entendre leur voix

portrait interviews FR interview FR 1 trainingOlivier

 

6 MAI 2015 / STECARR

« Les enfants ignorent qu’ils ont droit à un avocat » 

Sandra Mercier se souvient encore du visage de Lisa. Victime d’attouchements sexuels de la part de son grand-père, la jeune fille de 12 ans ne savait pas à qui s’adresser. C’est autant par hasard que par désespoir qu’elle a frappé à la porte de l’avocate spécialisée dans la défense des enfants. « Les enfants ignorent qu’ils ont droit à un avocat. Et bien souvent, les parents aussi », explique Sandra Mercier.

Les enfants ont des droits qu’ils ignorent par manque d’informations. Ils ont par exemple le droit à un avocat, gratuitement jusqu’à l’âge de 18 ans. Ce dernier étant rémunéré par l’État et non par le mineur ou sa famille.

Sandra Mercier exerce ce métier depuis dix ans avec conviction. « Chaque enfant en danger ou se sentant en danger doit pouvoir frapper à la porte d’un juge ». Mais ce n’est pas toujours évident. « Il peut se passer beaucoup de temps entre la demande de l’enfant et son audition par le juge car la loi n’indique pas de délai à respecter », déplore l’avocate.

98.000 enfants victimes de maltraitance en France

Au siège du Défenseur des droits, l’avocate Sophie Mercier nous a confié son indignation. « Il y a beaucoup d’enfants en danger et rien n’est fait pour leur venir en aide ». Spécialiste de la question, l’avocate a quelques idées pour remédier au problème : faire une campagne nationale d’affichage, faire venir des avocats dans les écoles une fois par an ou encore mettre en place un numéro vert.

« Par exemple, le Barreau de Lyon a eu la bonne idée de distribuer des cartes aux enfants sur lesquelles il est inscrit « C’est mercredi, je vois mon avocat » ». D’autant que les besoins sont énormes. Selon l’association L’Enfant Bleu, 98.000 enfants en France sont victimes de maltraitance, soit 10% de plus qu’il y a dix ans. Sandra Mercier aurait bien besoin d’un petit coup de main.

 

Reportage réalisé par Olivier Houri